Vénus entre en Gémeaux et nous invite à prendre la vie avec le sourire !

Du 9 juin au 3 juillet 2019, Vénus traversera les Gémeaux et nous insufflera un grand besoin de liberté. Dans ce signe, Vénus se sent en « joie » et peut s'épanouir librement, surtout dans son désir d'échange et de communication avec les autres. Avec cette Vénus, toute en légèreté et en esprit, nous nous éloignons des passions charnelles pour entrer dans un univers coloré, symbolique et désincarné : trop sérieux s'abstenir !

Vénus en Gémeaux ou l'invitation au flirt

Vénus se sent bien lorsqu'elle traverse le signe Gémeaux. En effet, sa maitrise du signe de la Balance lui permet d'être à l'aise dans les autres signes d'air. Elle est dite en trigonocratie ou « joie » dans ce signe dont elle va 09 emprunter les nuances.

Marqué par Mercure, le Gémeaux donne à Vénus un côté espiègle, adolescent, charmeur et virevoltant. Les sentiments se font plus légers, en privilégiant le flirt, la rencontre, les émois des premiers regards, plutôt que l'engagement ou les serments éternels.

Peu charnelle, contrairement à sa voisine du Taureau, et peu émotive, comme celle du Cancer, Vénus en Gémeaux explore les sentiments et émotions plus qu'elle ne les incarne. Elle aime surtout en parler et les analyse sans toujours les vivre.

Dans le zodiaque, le Gémeaux est celui qui va à la rencontre des autres, afin d'apprendre, échanger et découvrir. On le représente sous la forme des jumeaux Castor et Pollux, mais on retrouve dans certains documents anciens des représentations du signe sous forme de deux amoureux : après le viril Bélier et le féminin Taureau, le Gémeaux semble bien symboliser la réunion des deux principes sous une forme sexuée !

D'ailleurs, c'est à l'adolescence, âge de la puberté, qu'en général, nous commençons à nous intéresser à l'autre et à vivre les premières relations amoureuses.

Pour l'instant, pas question d'engagement. À l'heure de la découverte, du corps, des sensations et parfois du plaisir, il est beaucoup trop tôt pour s'enfermer dans des responsabilités et des devoirs... Cette vénus veut s'amuser, apprendre, découvrir et tester la vie autant qu'elle-même !

Le besoin de trouver son double à travers l'autre

Le Gémeaux, en tant que signe de la fratrie, recherche en permanence l'autre, le frère, la soeur, le complice avec qui réaliser le « duo parfait ». Celui ou celle qui le comprendra à demi-mot, finira ses phrases, lira dans ses pensées, comprendra ses codes secrets et parlera la même langue incompréhensible pour les autres.

Vénus en Gémeaux recherche ces jeux complices, ces regards moqueurs, ces éclats de rire, souvent aux dépens du reste du monde qui ne comprend rien à cette alchimie relationnelle. D'ailleurs, ceux qui ont cette Vénus en natal, passe une bonne partie de leur vie à rechercher l'âme jumelle, l'autre partie qui les complétera. Cette quête est souvent source de frustration et d'échec sentimental jusqu'à ce que ces natifs comprennent qu'en réalité, ce qu'ils cherchent en l'autre est un miroir qui leur donnera accès à eux-mêmes.

La prédominance du mental chez les Vénus en Gémeaux fait que les natifs appréhendent le monde à travers les idées plutôt que les ressentis. Ils ont une idée précise de ce que doit être l'amour, le sexe, la relation parfaite à deux, comment ils doivent être aimés... Finalement, la confrontation au réel ne peut que les décevoir et les pousser à aller chercher encore et encore leur bonheur ailleurs !

La dispersion et la superficialité, sources de souffrance pour Vénus en Gémeaux

Vénus en Gémeaux ne supporte pas de rester seule. Il lui faut des contacts, des rencontres et des occasions afin de badiner, plaisanter, tomber amoureuse, découvrir, rire, pleurer et avoir des expériences à analyser. Elle s'étiole dans la routine et le silence, car narcissique et immature, elle a besoin des autres pour lui renvoyer sa propre image.

Elle aime ce qui est nouveau, changeant et original et il suffit qu'elle fasse ce type de rencontre pour aussitôt se transformer en caméléon et imiter l'autre. Elle apprend par mimétisme et est vraiment douée dans ce jeu. Toutefois, elle se retrouve vite prise à son propre piège. En devenant l'autre, elle se crée son « jumeau » parfait, mais à moins d'avoir également affaire à une autre Vénus en Gémeaux, ou à Narcisse, peu de personnes ont envie d'aimer leur propre reflet.

Quand les choses vont mal, elle fait une pirouette et va butiner le champ voisin. Elle dira qu'elle s'ennuie et que la routine n'est pas pour elle : en bonne mercurienne, elle a l'art de se mentir à elle-même !

À force de répéter les mêmes schémas, Vénus en Gémeaux finit par souffrir. Elle se rend compte qu'elle poursuit un mirage et que la solution est forcément en elle. Toutefois, elle ne renonce à son désir gémellaire qu'au prix d'un immense sacrifice de l'ego... Il est douloureux pour elle d'accepter que la quête de l'âme soeur n'est qu'un fantasme romantique, une idée de l'esprit et que c'est en elle-même qu'elle doit chercher et trouver sa propre unité !

Un climat astral amoureux complexe

Avec Mars qui transite le Cancer, les désirs et leur réalisation manqueront de coordination. Vénus nous rendra capricieux et Mars inquiets. Ces deux signes sont immatures et finalement très dépendants des ambiances et des autres. De plus, autour du 23 juin, Vénus et Jupiter seront en opposition, ce qui poussera aux caprices, à la paresse et à des excès sensuels. Beaucoup rechercheront leur propre plaisir, sans se préoccuper des sentiments de l'autre.

Il faudra aussi se méfier de l'opposition que feront Mars et Saturne, presque tout le mois de juin. Cela renforcera le sentiment d'impuissance, de blocage et de frustration. Comme il s'agit du Cancer, ce sont les besoins primaires (comme la nourriture ou la sexualité), qui risquent d'être titillés et apporter de la révolte ou des réactions de violence. Il pourrait y avoir le réveil de vieilles blessures narcissiques comme celles du rejet et de l'abandon et il sera important de ne pas tomber dans le piège de l'ego.

Comme Mercure est également en Cancer, il aura tendance à réactiver des mémoires et tout ce qui a trait au passé, à l'enfance et bien sûr aux souvenirs des blessures qui y sont liées : malheureusement, l'analyse qui risque d'être faite sera excessivement subjective !

Peut-on aimer pour exister, au détriment d'autrui ?

Vénus en Gémeaux pose la problématique de la relation à soi et aux autres, de la compatibilité amoureuse. L'autre est-il un faire valoir, un miroir ? A-t-il la fonction de me faire exister et de me permettre de prendre conscience de cette existence ?

Ces questions pourraient être des fils conducteurs dans sa vie amoureuse, mais, à sa décharge, lorsqu'elle butine une nouvelle fleur, elle ne pense pas à faire de mal. Elle veut s'amuser, apprendre et découvrir. Mais l'ego est ainsi fait, qu'il a tendance à projeter son univers sur les autres. Elle pense, à tort, qu'en face l'autre fonctionne comme elle et que s'il consent à jouer sa partie, c'est qu'il possède les mêmes règles du jeu. Or, ceci est faux. Cette Vénus brise bien des coeurs et en toute sincérité le vit très mal, car elle ne souhaite pas faire souffrir l'autre.

Peut-on reprocher à un adolescent de ne pas vouloir s'engager et de ne pas savoir exactement ce qu'il veut ? Non, bien sûr, Vénus en Gémeaux n'est pas responsable des passions qu'elle suscite.

Pour éviter les « drames », il faudrait que très tôt elle apprenne à trouver en elle son propre double et à se sentir entière et complète en sa seule présence. Or, cela prend parfois une vie d'arriver à un tel degré de sagesse.