logo horoscope.fr

... où l'histoire d'une fille de drapier d'Alençon devint voyante officielle de la cour royale anglaise


Célèbre cartomancienne, née le 27 mai 1772, amie et confidente de l'impératrice Joséphine et de Robespierre, Marie-Anne-Adélaïde Lenormand a été et reste encore aujourd'hui une voyante de référence. Personnalité exceptionnelle, véritable prophétesse, elle sait aussi très bien manier l'art du mensonge. Son histoire, elle l'a raconte elle-même dans Ses Mémoires. Elle s'y donne le beau rôle et enjolive les anecdotes. Ecrites a posteriori, personne ne peut du coup attester de la véracité des faits avancés.
Malgré tout, Mademoiselle Lenormand reste un personnage fascinant et haut en couleur.

Née le 27 mai 1772, et fille d'un drapier d'Alençon, elle entre très tôt à l'Abbaye Royale des Dames bénédictines. Chez les soeurs, elle se fait remarquer pour son ardente imagination et ses talents de prophétesse. Alors âgée de sept ans, elle dit déjà la bonne aventure aux soeurs. Vers 1787, placée en ville comme apprentie couturière, l'adolescente commence à tirer les cartes autour d'elle et s'attire une grande renommée.
A quatorze ans, l'adolescente rebelle et effrontée quitte tout pour monter à Paris. Placée comme vendeuse, elle se rend vite compte que la seule chose qui l'intéresse c'est la cartomancie, avec comme support de prédilection le Grand Eteilla.
Mais Paris l'étouffe de plus en plus. Elle voit plus loin et décide de se rendre à Londres. En seulement trois ans, elle acquiert une très grande renommé et devient ainsi la voyante de la famille royal d'Angleterre.
Très instable, elle quitte tout à nouveau et retourne à Paris.

Melle Lenormand et ses protecteurs

Mais les temps ont bien changé, la Révolution française a est passée par là. Désormais, il n'est plus de très bon ton de se revendiquer medium puisque la voyance est interdite.
Advienne que pourra. Melle Lenormand persiste et signe.
Arrêtée plusieurs, ces nouveaux faits d'armes renforcent sa célébrité. Même au plus haut de l'Etat, ses dons séduisent. Marat, Robespierre et Saint-Just se rendent fréquemment dans son cabinet, installé de Saint-Germain. Mais son plus grand soutien reste l'amitié qu'elle noue avec Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon.
Elle trouve un autre protecteur de poids en la personne de Fouché, préfet de police. Ensemble, ils mirent en place un astucieux système de renseignements. Un véritable réseau d'espions fut tissé à travers la capitale: concierges, valets, danseuses, laquais, courtisanes et cochers, habilement soudoyés, leur faisaient parvenir au jour le jour des rapports confidentiels.
Des informations qui venaient étayer les voyances de Melle Lenormand et les dossiers de police de Fouché.
Un système qui fit d'elle la personne la mieux informée de Paris, après Fouché.

L'héritage de Melle Lenormand

Mais Adélaïde doit sa popularité à son fameux jeu de cartomancie plus qu'à ses écrits et ses dires.
Elle laisse pour le plus grand plaisir de tous des manuscrits inachevés mais surtout ses deux tarots bien connus, le Grand Lenormand, qui compte 54 cartes et le Petit qui en compte 36. Un tarot original, issu d'un subtil mélange entre le tarot de Marseille et un jeu de cartes normales.

E.B.