logo horoscope.fr
J-1000 avec la fin du monde prévue pour 2012. Que ce soit sur internet, avec des millions de requêtes concernant cette fameuse date, dans les reportages télé, dans les livres ou dans les films, avec notamment le blockbuster de Roland Emmerich, l'interrogation est sur toutes les lèvres. Alors allons-nous assister à la fin de notre civilisation ?
C'est ce que nous sommes allés demander à Bernard Baudouin, journaliste et écrivain, qui vient de publier « 2012, chronique annoncée d'un autre monde », aux éditions Ambre.
Une vision plus décalée, peut-être même plus optimiste des conséquences de ce bouleversement, car oui, il y aura bel et bien du changement. Mais une fin du monde, certainement pas, il convient, selon Bernard Baudouin, de parler d' « un nouveau départ, d'une régénération ». Explications...

Alors devons-nous craindre la fin du monde le 21 décembre 2012 ?

Je ne dirais pas la fin DU monde, mais plutôt la fin d'UN monde. Et la nuance a son importance  car il ne faut surtout pas tomber dans le catastrophisme comme on l'entend bien trop souvent.
Avec cette autre manière de voir les choses, la chance nous est donnée de changer ce que l'on vit. La fin d'un certain mode de civilisation, d'organisation sociale et économique, qui, peut-être, ne nous convenait plus. Le système économique est social actuel, érigé depuis les 30 Glorieuses, a bien fonctionné, mais on en arrive à bout. Le monde demain ne sera définitivement plus le même qu'aujourd'hui. C'est la règle dans tous les grands processus d'évolution.
On revient ainsi à la célèbre expression du verre à moitié vide pour les plus pessimistes ou à moitié plein, pour les optimistes. Pour ma part, je me rangerai plutôt dans cette deuxième catégorie, même si je redoute quand même les changements à venir. On risque de franchir quelques zones de turbulence lors du passage entre ces deux mondes, qu'il faudra subtilement éviter.

Subirons-nous de grandes catastrophes ?

Je ne pense pas que ce mois de décembre 2012 soit plus propice aux catastrophes naturelles que ce n'est le cas actuellement, notamment quand on voit ce qui se passe à Haïti. Je n'envisage pas ces changements comme particulièrement macabres, mais plutôt comme l'émergence d'une nouvelle conscience, un appel à une plus grande humanité, à plus de solidarité. C'est la mort d'un monde, avec la renaissance qui intervient juste après.
Au niveau climatique, on en a fait qu'à notre tête. On a bousculé des équilibres, détruit des espaces. Des équilibres qui se trouvaient précaires, et du coup, maintenant, on va devoir tout réapprendre.

Que nous révèlent ces fameuses prophéties ?

Ce qui est frappant quand on étudie ces prévisions, c'est leur troublante convergence au niveau de la datation. Certaines parlent du début du XXIe siècle, ou de la fin de cette première décennie, d'autres plus directement de 2012. Que ce soient les Mayas, les écrits Védas ou Sumériens, les Indiens Hopis ou les versets de la Bible, toutes ces dates concordent étrangement.
Le message délivré par ces textes est, quant à lui, beaucoup plus sujet à controverse, car tout dépend de l'interprétation qu'on en fait. Par exemple, dans les textes mayas, il n'est pas question de la fin du monde, mais plutôt de la fin de leur calendrier. Idem pour l'interprétation des versets du Livre de Daniel ou des prophéties de Nostradamus. Quant à l'apparition de la planète Nibiru, prédit par les Indiens Hopi, pour l'an 2012, je pense que nous l'aurions déjà aperçue, même de très loin. Il est donc primordial de faire la part des choses entre ce qui peut véritablement se produire et ce qui est matériellement impossible, sans tomber dans le catastrophisme ou l'alarmisme de certaines prophéties.

Et vous, que pensez-vous de cette fin du monde, ou d'un monde, pour 2012 ???

Propos recueillis par Emilie Bedos

Pour en savoir plus, le livre de Bernard Baudouin « 2012, chronique annoncée d'un autre monde », paru aux éditions Ambre, est disponible en librairie.